Panier

Bien-être, santé, fatigueLumière bleue

Technologie LED, Attention danger !

By 23 mars 2017octobre 16th, 2019No Comments

l’ADF Infos #47 de mars 2017 consacre un article sur les risques pour la santé des praticiens de la plupart des LED en cabinet dentaire :

TECHNOLOGIE LED
ATTENTION, DANGER

En 2005, la Commission européenne ordonnait l’abandon progressif des ampoules incandescentes et leur remplacement par des LED. Dans les cabinets dentaires, la nouvelle technologie s’est donc imposée (scialytiques, plafonniers, instruments rotatifs…).
Des travaux menés par l’Inserm révèlent aujourd’hui ses risques pour la santé.

Nous passons près de deux mille heures par an sous l’éclairage de nos cabinets, désormais principalement par LED. Mais ce type d’éclairage plus écologique peut s’avérer dangereux en raison de l’omniprésence de la lumière bleue (HEV) et de sa réflexion sur les dents.

D’autant que certains fabricants mettent sur le marché des éclairages opératoires de qualité contestable. En effet, toutes les LED ne sont pas de même qualité et beaucoup présentent un risque spécifique lié à un pic de bleu, trompant le réflexe pupillaire, et exposant la rétine à une toxicité réelle.
« La lumière bleue possède une courte longueur d’onde et produit donc une plus grande quantité d’énergie, explique le Dr Guy Cerf, expert représentant l’ADF à l’AFNOR et à l’ISO. Ces longueurs d’onde bleues, de haute énergie visible (HEV), scintillent plus facilement que les longueurs d’onde plus faibles, ce qui provoque un éblouissement. Ceci peut réduire le contraste et affecter l’acuité visuelle. Des fatigues visuelles, des maux de tête ainsi qu’une accélération du vieillissement de l’œil (DMLA, cataracte, rétinite) peuvent alors être observés. »

Altération de la vision et dérégulations physiologiques

D’autre part, la répartition spectrale de la plupart de ces LED n’est pas équilibrée, certaines couleurs sont absentes dans ce type d’éclairage. Or si les proportions de couleurs ne sont pas similaires à celles de la lumière naturelle, cela peut engendrer une dérégulation des rythmes physiologiques (sommeil, vigilance, digestion, humeur…). La vision des couleurs étant indispensable dans le quotidien d’un chirurgien-dentiste, le problème des LED doit donc être porté par la profession, pour une modification rapide de la norme sur les éclairages opératoires.


COMMENT BIEN CHOISIR SON SCIALYTIQUE ET SON PLAFONNIER ?

« Pour vos plafonniers et scialytiques, préférez des éclairages LED à technologie biphosphore à moins de 5000 °K, recommande le Dr Guy Cerf. Et si vous pouvez financièrement vous le permettre, optez pour des appareils à LED complexes, qui limitent au maximum les bleus HEV et dispensent un spectre de lumière le plus équilibré possible. »

De même, dans les salles de soin, ayez recours à des LED de température de couleur de 4500 à 5000 °K (blanc neutre) ou des LED complexes reproduisant la lumière naturelle du jour.
Pour les instruments rotatifs, utilisez des LED à 4500 °K maximum.
Évitez également d’utiliser les LED de vos loupes : elles sont à 6500 °K voire plus, donc nocives.

 

Spectre LED6500K_rvb
F
ig. 1 : Spectre LED à 6500K

   Actu_Spectre-jour-6500K
Fig.
2 : Spectre lumière du jour

Accéder à la version pdf