Panier

Pourquoi sommes-nous plus heureux et entreprenants dès qu’il fait beau ? Ce n’est pas le fait du hasard…

C’est parce que le ciel est bleu !

Bleu, mais pas n’importe quel bleu !

Nos organes, visuels et non visuels, sont calibrés pour le spectre de la lumière naturelle. Ils réagissent particulièrement aux stimulations de sa composante bleu-ciel : le Cyan.
L’ouverture pupillaire et la sécrétion de mélatonine sont effectivement pilotées par le Cyan (480nm pour l’ouverture pupillaire et 460-485 nm pour la mélatonine)

La rétine dispose de récepteurs visuels générant la vision (les bâtonnets et les cônes) et de cellules ganglionnaires à mélanopsine informant les noyaux suprachiasmatiques. Ces derniers sont les régulateurs des principales sécrétions hormonales, dont la mélatonine et la sérotonine qui gèrent la synchronisation de nos horloges chronobiologiques.

Dans le spectre de la lumière naturelle du jour, normalisée par l’illuminant D65, la part du Cyan est primordiale.
La nature est bien faite car cette dose de Cyan stimule les deux fonctions suivantes :

  • l’ouverture pupillaire qui conditionne l’éclairement rétinien,
  • la stimulation mélanopique des noyaux suprachiasmatiques

Ce D65 normalisé de la lumière naturelle du jour exige qu’une lumière remplisse deux conditions obligatoires : une répartition spectrale donnée, et une chromaticité c’est à dire une température de couleur de 6500K.

Or, dans le spectre d’une LED conforme au seul facteur de chromaticité de 6500K, ce Cyan si bénéfique manque cruellement !

Lorsque l’on compare, à éclairement et température de couleur égal.es, les réponses de notre organisme sous :
– un spectre lumineux conforme au D65, et
– un spectre lumineux d’une LED répondant au seul facteur de chromaticité 6500 K,

on constate que la LED 6500K induit malheureusement :

    • une ouverture pupillaire deux fois trop grande, avec pour conséquence un éclairement rétinien bien trop important
    • une réponse à la mélatonine bien trop faible, ce qui induit une dérégulation de la synchronisation des horloges chronobiologiques
    • une très importante sur-exposition aux bleus HEV toxiques  (bleus foncés HEV à 450nm), avec par conséquence une forte toxicité pour l’œil

Spectre Lumière D65 :

spectre conforme & chromaticité 6500K

Spectre Lumière LED 6500K :

spectre non conforme & chromaticité 6500K

Pour faire court, une LED de seule chromaticité 6500K présente un manque crucial de Cyan, avec pour conséquences un mauvais réflexe pupillaire et un dysfonctionnement de l’horloge chronobiologique, outre une forte toxicité aujourd’hui bien connue de sa pointe de bleu HEV.
A contrario, une LED D65 certifiée conforme à l’illuminant normalisé de la CIE émet tout le Cyan de la lumière naturelle du jour. Son spectre D65 induit donc les mêmes réponses que la lumière naturelle.

Ainsi, la LED D65, riche en « bon » Cyan, assure une protection au sur-éclairement rétinien et un fonctionnement chronobiologique optimal, sans aucune surexposition aux bleus HEV.

Cette différence notable est accentuée par le fait que les chirurgiens-dentistes ont tendance à régler 2 fois plus fort leurs luminaires à simples LED 6500K (lampe opératoire, plafonnier, frontale, LED des instruments)… car ils cherchent intuitivement à augmenter la dose de Cyan qui leur fait défaut :

  • pour réduire au maximum leur ouverture pupillaire afin d’obtenir la meilleure profondeur de champ.
  • pour bénéficier des effets énergisants de la lumière qui sont proportionnels à la quantité de Cyan.

La lumière régule notre horloge biologique, entraînant la sécrétion d’hormones actives durant la journée (sérotonine) et d’hormones du sommeil durant la nuit (mélatonine).

Mais gare ! Cette augmentation de l’éclairement des LED 6500K occasionnera en cascade plusieurs conséquences néfastes :

  • moins d’acuité et plus de fatigue visuelle car le doublement de la luminance (brillance) des objets observés induira de l’éblouissement par réflexion
  • une accélération significative du vieillissement des organes visuels et une augmentation importante du risque de maladie de la vision, lié au quadruplement a minima de l’exposition aux bleus HEV toxiques

Par opposition, la LED D65 a des vertus incontestables qui sont directement perceptibles tant à l’observation qu’à l’utilisation, avec notamment :

  • un éclairage bien plus doux et confortable : l’éclairage d’un luminaire LED au spectre certifié D65 est beaucoup moins éblouissant que celui d’un luminaire à LED de seule chromaticité 6500K
  • une importante réduction de la fatigue quotidienne
  • des effets de luminothérapie réellement perceptibles
  • une évolution normale des organes visuels dont le vieillissement suivra son cours comme en lumière naturelle

par Jean-Marc KUBLER et Thibault DAVID